Macérât de millepertuis 2014

Fin juin j'ai ramassé du millepertuis, mais le vrai : le fameux Hypericum perforatum cher à tous les adeptes des plantes et de cosmétiques maison, pour ses propriétés anti-inflammatoires et sa belle couleur rouge après macération.

Cette plante pousse chez nous en bordure des champs cultivés. On n'a pas beaucoup de temps pour la ramasser, maximum 2 semaines entre la mi-juin et début juillet. On l'appelle d'ailleurs aussi Herbe de la Saint-Jean (qui est le 24 juin).

Pour cette fois, j'ai fait 2 macérâts de sommités fleuries juste cueillies : un dans de l'huile d'olive vierge biologique, la plus classiquement utilisée, et un dans de l'huile de  tournesol bio.

Il faut bien entendu utiliser des huiles stables, de façon à ce que le macérât ne rancisse pas trop vite, car seules les fleurs fraîches sont utilisables. Et bien récolter par une journée ensoleillée !

Une précaution à prendre : le millepertuis peut entraîner une photosensibilisation, utiliser le macérât ou les produits en contenant uniquement le soir.


Mise en macération du millepertuis juste cueilli dans l'huile d'olive bio



Et voici ce que cela donne au bout de 6 semaines, après avoir secoué un peu tous les jours : on filtre avec un filtre à café en papier (c'est plus fin et évite les résidus) et on ajoute quelques gouttes de vitamine E pour éviter le rancissement.

Macérât de millepertuis sur olive (à gauche) et tournesol (à droite) biologiques.

Vue la météo de cette année, pas sûr que j'ai l'occasion de m'en servir pour apaiser les coups de soleil...
Qu'à cela ne tienne elle va pouvoir servir pour beaucoup de tambouilles en perspective !


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

DIY Sérum Visage anti-imperfections à l'Aloe Vera pour le Carnaval des Blogs et des Plantes de Mars : Recette Express

Sirop Maison Mélisse du Jardin et Citron

Que faire avec des Ecorces d'Orange ou de Citron Bio ? Astuce Cuisine #3